Aller au contenu

Produit précédent. 9.47 - Bleu céladon

Prix promo 0,00 € Prix normal 320,00 €

Le 9.47 est fait pour satisfaire les amateurs de belles coupes. Il est autant utilisé pour couper une noix de coquille Saint-Jacques qu'un épais faux-filet. Simple et élégant, le 9.47 s'illustre par ses lignes pures et intemporelles. 

Son manche en polyacétal bleu céladon offre un toucher soyeux.

Ne passent pas au lave-vaisselle.
Aussi disponible en coffret de 2 couteaux.

Nos couteaux sont garantis à vie.


Couteaux de table type semelle plate, montés à vis.
Montage, polissage, contours, finition et affûtage à la main sont réalisés dans notre atelier à Thiers.

Dimensions : 217 mm x 19 mm x 10,5 mm
Poids : 74g

Lame :
Dimensions : 110 mm x  19 mm x  2,5 mm
Acier semi-inox 14C28N (Sandvik) - trempe cryogénique
Dureté Rockwell : 59 HRC
Emouture lente et polissage traditionnel au cuir de buffle émerisé.

Manche :
Dimensions : 107 mm x 19 mm x 10,5 mm
Matière : Polyacétal bleu céladon

Le polyacétal est un polymère (plastique) haut de gamme dont les caractéristiques techniques et les propriétés physiques sont particulièrement adaptées à la coutellerie de cuisine. En effet, contrairement aux plastiques standards, il présente une résistance élevée à l'usure, aux chocs et aux attaques acides des aliments. 


Le 9.47 c'est une histoire de table, mais aussi une histoire de vin. Ce couteau de table atypique a été imaginé par le restaurateur Yves Charles.

Fin 2004, au cours d’un repas entre amis préparé par Yves Charles dans son restaurant, les convives s’apprêtaient à déguster un excellent magret de canard. Certains avaient sorti leur propre couteau, des « Français » de chez Perceval, les autres utilisaient ceux disposés sur la table. On s’aperçut alors que la viande était parfaitement coupée par les couteaux de poche, tandis qu’elle roulait laborieusement sous le fil des couverts du restaurant. 

Yves s’écria : « Comment se fait-il qu’on ne puisse trouver sur le marché un couteau de table qui coupe aussi bien que ces Français ? »

L’idée était née, revenir à la source de la fonction d’un couteau : son pouvoir tranchant. Un couteau de table devrait être conçu avec autant de soin qu’un couteau de poche. Après quelques discussions autour de ce projet durant cette soirée, on conclut que ce couteau allait partager la même silhouette que le modèle qui l’avait inspiré et l’on admit qu’une bonne partie de cette énergie créatrice avait été malicieusement inspirée par le vin que les amis avaient partagé pendant le repas. Un primeur titrant à 9,47° d’alcool, fait par un des convives : Stéphane Majeune du domaine de Peyra. Un vin qui allait donner son nom au couteau : le 9.47.

Yves Charles, alors restaurateur étoilé parisien, inspiré par la simplicité du modèle Le Français créé son couteau de table, le 9.47. Né d'une idée simple : fabriquer un couteau de table ayant les mêmes qualités qu'un couteau fermant. Il est fait pour séduire les amateurs de belles coupes et d'ergonomie, aussi à l'aise pour couper un blanc d'encornet qu'une épaisse bavette à l'échalote.
Simple et élégant le couteau 9.47 s'illustre par ses lignes pures et intemporelles.